Histologie du rein

1. LE REIN

                L'appareil urinaire est constitué par les reins et les voies évacuatrices de l'urine (bassinet, uretères, vessie et urètre).

Le rein est le principal organe d'élimination des déchets résultant du métabolisme des substances azotées (protéines).

Chez l’Homme, quotidiennement, les reins filtrent environ 180 litres de liquide du sang pour produire 1,5 litre d'urine.

Il contribue au maintien de la concentration moléculaire correcte du milieu intérieur ainsi qu'au maintien du pH de ce milieu.

La structure macroscopique du rein disséqué correspond étroitement aux images microscopiques.

1°). Anatomie du rein

                Le rein des Mammifères peut être uni ou plurilobé, suivant qu'il se compose d'un seul lobe (Hérisson, Rat, Cobaye, Lapin) ou de plusieurs (Chien, Homme).

                Il a en général une forme de haricot. Les reins sont situés dans la partie postérieure et supérieure de l'abdomen de chaque coté de la colonne lombaire.

Chaque rein est entouré d'une fine capsule conjonctive. Au milieu, existe une dépression: le hile à travers laquelle pénètrent et sortent les vaisseaux sanguins, et d'où part le canal excréteur: l'uretère.

La partie supérieure de l'uretère est dilatée et forme le bassinet rénal qui se subdivise en grands et petits calices. Chaque petit calice coiffe une protubérance conique de parenchyme rénal appelée: papille rénale perforée par les ouvertures des tubes collecteurs (10 à 25 dans le rein humain).

                Une coupe verticale de rein montre que chaque papille est le sommet d'une pyramide de Malpighi et son aspect strié est dû à la présence de tubes droits et de vaisseaux sanguins disposés parallèlement. La partie périphérique ou base de chaque pyramide montre de fines travées orientées radialement ; ce sont les rayons médullaires ou pyramides de Ferrein.

Les pyramides de Malpighi ainsi que les pyramides de Ferrein forment la substance médullaire.

La substance corticale est comprise entre la capsule et la substance médullaire et se continue entre les pyramides de Malpighi formant les colonnes de Bertin.

Elle est parsemée de grains rouges : les glomérules ou corpuscules de Malpighi.

Chaque pyramide avec le cortex qui lui est associé est considérée comme un lobe.

Le rein est irrigué par une branche directe de l'aorte abdominale: l'artère rénale qui se divise en artère interlobaires, interlobulaires et arciformes etc.

2°)-Histologie du rein

                Le rein est considéré comme une glande tubuleuse composée sécrétant de l'urine.

Le parenchyme rénal est constitué par un grand nombre de tubes urinaires, de vaisseaux sanguins et de nerfs développés au sein d'une atmosphère conjonctive délicate.

Le tube urinaire est considéré comme l'unité histologique

et histophysiologique du rein.

Il comprend le néphron et le tube collecteur :

  • Le néphron est responsable de la sécrétion de l'urine et

  • le tube collecteur est le canal excréteur qui transporte l'urine jusqu'au bassinet.

a- Le néphron:

                Chez l’Homme, chaque rein est composé d’environ un million de néphrons. Chaque néphron comprend deux parties: un glomérule, auquel font suite les tubules rénaux.

* le glomérule: (niveau de filtration);

localisé dans la substance corticale, il est formé par :

- le peloton capillaire comprenant les artères glomérulaires afférentes et efférentes et leurs ramifications  (artérioles) ; l'ensemble forme le glomérule vasculaire.

- la chambre de filtration limitée par la capsule de Bowman. Celle-ci présente 2 feuillets: le feuillet pariétal, fait d'un épithélium pavimenteux simple, se continue avec l'épithélium du début du tube contourné proximal. Le feuillet viscéral est fait d'une couche discontinue de cellules émettant de nombreux prolongements cytoplasmiques, appelées: podocytes.

Le peloton capillaire et sa capsule de Bowman forment le corpuscule de Malpighi. Celui-ci présente un pôle vasculaire où les artérioles afférentes et efférentes entrent et sortent du glomérule. Le corpuscule de Malpighi possède aussi un pôle urinaire à l'extrémité opposée qui se continue avec le tube contourné proximal.

* le tubule (niveau de réabsorption sécrétion)

Il comprend le tube proximal, l'anse de Henlé et le tube distal.

- le tube proximal contourné fait suite au corpuscule de Malpighi. C'est un tube flexueux qui s'engage par sa partie terminale soit directement dans la pyramide de Malpighi, soit dans la pyramide de Ferrein. Il est limité par un épithélium prismatique (bas) simple. Ce dernier est formé de cellules très colorables mais à limites cellulaires peu nettes et ayant un pôle apical avec une bordure en brosse. En coupe la section du tube montre 6 à 12 cellules autour de la lumière avec 4 à 5 noyaux visibles.

- l'anse de Henlé localisée entièrement dans les rayons médullaires et les pyramides de Malpighi. Elle est composée d'une branche descendante épaisse, d'un segment grêle de situation et de longueur variables et d'une branche ascendante épaisse. La branche ascendante pénètre dans le labyrinthe cortical un peu au dessous du niveau du glomérule d'origine et passe entre les vaisseaux afférent et efférent pour prendre contact tangentiellement avec le pôle vasculaire du glomérule. La partie du tube qui s'étend au delà du pôle vasculaire s'appelle le tube contourné distal.

Le segment grêle de l'anse de Henlé est revêtu d'un épithélium pavimenteux simple et présente une lumière réduite mais nette. Sur les coupes transversales on peut confondre le segment grêle avec les capillaires et les artérioles. On distingue le segment grêle des artérioles grâce à des noyaux plus saillants dans la lumière et un plus grand nombre de cellules visibles.

On trouve des segments grêles à profusion dans les parties les plus profondes de la pyramide puisqu'ils s'étendent presque jusqu'aux papilles. La branche ascendante large de l'anse de Henlé est bordée de cellules cubiques basses avec des limites indistinctes.

- Le tube distal contourné continue le tube urinaire dans la substance corticale. C’est un tube flexueux composé de petites cellules cubiques avec des surfaces libres lisses (pas de bordure en brosse). Elles sont moins colorables que les cellules du tube proximal et ne montrent pas non plus de limites précises sur les coupes.

Puisque cette partie du tube urinaire est courte, peu de coupes intéressant ce segment sont visibles dans les labyrinthes corticaux.

b. les tubes collecteurs

                Ce sont les conduits excréteurs qui ne sont pas considérés comme faisant partie du néphron. Chaque tube contourné distal s'unit au tube collecteur par une courte branche latérale de ce dernier située dans une pyramide de Ferrein où il existe plusieurs de ces branches. Le tube collecteur traverse la pyramide de Ferrein et descend dans la médullaire, plusieurs tubes collecteurs se réunissent à angle aigu pour former de grands canaux s'ouvrant à l'apex d'une papille. Ce sont les tubes papillaires ou tubes de Bellini dont les ouvertures nombreuses, grandes et serrées donne à la papille l'apparence d'un tamis par où s'écoule l'urine dans les petits calices. Les cellules qui bordent ces canaux ont des tailles qui varient de la forme cubique basse dans les parties proximales jusqu'à la forme cylindrique haute dans les tubes papillaires principaux. les cellules des tubes collecteurs sont caractérisées par leurs limites distinctes, leurs noyaux sphériques situés approximativement au même niveau dans la cellule et leur cytoplasme relativement dépourvu de granulations.

17_04_