La peau des mammifères, couche la plus externe du corps, remplit plusieurs rôles :

·          elle sert de première barrière contre les agents infectieux,

·          aide à réguler la température interne, le phénomène de la transpiration, par exemple, permet d’évacuer la chaleur, tandis que la contraction des muscles horripilateurs des poils, la « chair de poule »,  en produit,

·          sert d’organe sensoriel grâce à la présence de récepteurs tactiles, et

·          d’organe excréteur grâce à la présence de glandes, notamment les glandes sudoripares.

Elle est constituée de trois couches distinctes :

·          hypoderme : couche interne, contient des réserves de graisse, limite la dissipation de la chaleur à l'extérieur

·          derme : couche médiane, est celle dont on tire le cuir chez les espèces exploitées pour cette raison. Le derme, situé au-dessous de l'épiderme, contribue également à la thermorégulation. Là se trouvent les muscles qui redressent les poils sous l'effet du froid, ce qui épaissit la couche d'air régulatrice enfermée dans le pelage. Les nombreux vaisseaux sanguins irriguant le derme apportent, en se dilatant ou, au contraire, en se contractant, plus ou moins de chaleur à la périphérie du corps.

·          Epiderme : la couche externe, est faite de plusieurs assises de cellules qui se renouvellent en permanence ; la plus externe de ces couches est constituée de cellules mortes remplies de kératine.

Productions cornées

Chez la plupart des mammifères, la peau est couverte de poils, qui forment une fourrure, parfois parsemée de piquants (échidnés, hérissons). Mais le corps fabrique aussi d’autres éléments cornés de type divers : cornes, sabots, griffes, ongles ou encore écailles.

Glandes

La peau abrite un certain nombre de glandes épidermiques :

·          les glandes sudoripares qui produisent la sueur, interviennent non seulement dans l'élimination des déchets, mais également dans la régulation thermique, l'évaporation de l'eau de transpiration dissipant en effet le surplus de chaleur.

·          les glandes sébacées qui fournissent un sébum destiné à lubrifier le poil, et

·          les glandes hédoniques (odorantes) qui jouent un rôle dans la reconnaissance entre individus et dans l’attirance des éventuels partenaires sexuels.

                Des glandes sudoripares ont été identifiées chez presque tous les mammifères terrestres. Elles sont habituellement situées à la base des poils. Cependant, beaucoup de mammifères n'ont qu'un petit nombre de glandes sudoripares fonctionnelles. Chez les chiens et les chats, par exemple, seules les glandes des plantes des pieds sont fonctionnelles.

Beaucoup de mammifères ont des glandes odorantes situées dans le tégument en divers endroits du corps. Les fluides sécrétés par ces glandes interviennent dans la communication olfactive entre individus.

Les glandes de Meibom, situées sur le bord des paupières, sécrètent un film huileux qui couvre et protège l'espace compris entre l'orbite et la paupière. Ce film retient la pellicule de larmes qui humecte l'orbite.

Une sécrétion des glandes cirières de l'oreille évite l'intrusion de particules étrangères dans l'oreille interne.

Les glandes mammaires sont des glandes épidermiques modifiées qui ne sont complètement développées que chez les femelles adultes et n’existent que sous forme rudimentaire chez les mâles. Elles sécrètent le lait destiné à nourrir les jeunes.

Aspect histologique des glandes :

a .Les glandes sudoripares:

Ce sont des glandes tubuleuses pelotonnées, non ramifiées, distribuées à travers toute la peau. La portion sécrétrice est située profondément dans le derme ou dans l'hypoderme par un trajet tortueux pour venir s'ouvrir à la surface par un petit orifice: le pore cutané. La portion sécrétrice est bordée par un épithélium cubique ou prismatique simple. Le canal excréteur est bordé par une double couche de cellules cubiques fortement colorables.

Ces glandes secrètent la sueur (eau, sel, urée). Elles peuvent être ou non associées à des poils.

b -Les glandes sébacées:

Elles sont localisées dans le derme et sont généralement annexée à la gaine épithéliale externe des follicules pileux. Ces glandes s'ouvrent à l'extérieur grâce à l'espace qui s'étend entre le poil et l'épiderme qui l'entoure. Elles se composent de grappes d'acini (ou alvéoles) remplies complètement par un épithélium stratifié qui secrète le sébum où dominent les lipides. Ce sont des glandes holocrines: la sécrétion résulte de la destruction totale des cellules épithéliales glandulaires.

Le canal excréteur des glandes sébacées court et large est bordé par un épithélium pavimenteux stratifié en continuité avec la gaine épithéliale externe du poil et avec l'épiderme.

                           

Sans_titre_21

                                                                                     Structure d'un poil et de ses annexes

                             Sans_titre_22

illustration de la structure des diverses parties d’une glande sudoripare.

                                      A : coupe au niveau du canal excréteur.

                                                               B : coupe au niveau du tubule sécréteur